Contact

+33 1 46 94 04 64
contact@nexize.com
 

Vers une éthique de l’ubérisation (?)

Vers une éthique de l’ubérisation (?)

La nouvelle n’a pas fait la une de l’actualité, mais pourtant elle n’est pas neutre : « Ryanair se déclare prêt à accepter les syndicats de pilotes pour éviter des grèves ». Jusqu’à présent, c’était plutôt « Marche ou crève », ou du moins : « Bosse ou casse-toi », la compagnie ne faisant pas dans le social – le social, ça coûte trop cher.

Le social, ça coûte trop cher, c’était même la tendance en vogue depuis la montée en puissance d’Internet au début des années 2000 – et Ryanair, nouveau roi du low cost, avait initié le mouvement.

Mouvement repris quelques années plus tard par Uber et autres Deliveroo, pour qui les travailleurs ne sont que de simples variables d’ajustement ; et tandis que les nouveaux papes du marketing – ou les papes du nouveau marketing, au choix – s’extasiaient devant la qualité d’un service qui ringardisait les taxis parisiens, les « esclaves modernes » souffraient en silence – du moins, au début !

Les tenants d’un marketing plus responsable, plus éthiques, s’inquiétaient : alors que l’on s’accorde à dire qu’une entreprise se doit de respecter ses salariés, que dire de celles qui ne les engagent pas pour éviter d’avoir à les respecter ?

Bien sûr, le leitmotiv est : « Aujourd’hui, les travailleurs souhaitent conserver leur indépendance », donc plus de contrats de travail ; certes, mais de là à leur faire supporter tous les risques et toutes les charges dans des conditions qui ne leur permettent plus de vivre dignement …

Ryanair s’est toujours montré précurseur : les clients veulent payer moins cher ? Ils n’ont qu’à se lever plus tôt, bien plus tôt, et se rendre dans des aéroports vraiment très éloignés des grandes villes.

Quant au personnel de bord, il va se transformer en hôtesses et stewards, mais aussi en bistrotier et en femme de ménage – ou en bistrotière et homme de ménage …

Que Ryanair accepte les syndicats de pilotes – le personnel naviguant commercial attendra – montre que la fête est peut-être finie. Que les employeurs des compagnies low cost vont devoir se montrer moins abrupts vis-à-vis de leur personnel … en un mot, devenir responsables.

On attend désormais avec impatience que les nouveaux dirigeants d’Uber affichent des positions différentes de celle de Travis Kalanick à l’encontre de leurs chauffeurs et commence à se montrer plus responsables.

Fini le Far West : l’avenir des plateforme de travail passe par plus d’éthique.

Tags: