Avec l’IA de Synomia, nous boostons les stratégies SEO & SEA

Avec l’IA de Synomia, nous boostons les stratégies SEO & SEA

Synomia est un acteur de l’IA, spécialiste de la découverte d’insights via l’analyse du langage naturel. Pour répondre à la problématique constamment évolutive du SEA – SEO, Nexize a mis au point avec les équipes Synomia une nouvelle solution : RanX.

RanX permet de piloter simultanément les stratégies SEA – SEO en fonction de ce que recherchent vraiment les publics  et des positions occupées par les concurrents au sein d’un même écosystème.

Nexize renforce ainsi ses solutions d’activation digitale innovantes dédiées à l’écosystème web, confronté à des challenges concurrentiels qui s’amplifient et se complexifient.

L’expertise de Nexize associée à l’intelligence artificielle de Synomia lui permettent d’appuyer des recommandations opérationnelles inédites et performantes grâce à 3 principaux avantages :

  • Une richesse sémantique différenciante, capable de découvrir des concepts et des termes de recherche associés aux mots-clés traditionnellement utilisés en SEO et SEA,
  • Des recommandations directement activables ouvrant le champ des possibles en terme de dispositifs (stratégie de contenu, audit de site, etc..)
  • Une combinaison de 6 leviers opérationnels permettant une approche concurrentielle innovante : les dérivés sémantiques obtenus grâce à l’IA, les volumes de recherche, les CPC, les scores de position, les score de pertinence sémantique et le score de concurrence.

    L’approche concurrentielle nourrie par l’IA est la clé de voûte de ce partenariat technologique. Chaque thématique abordée est prise en compte de façon indépendante.  Nous pouvons dès lors proposer des angles et des stratégies réellement en lien avec le sujet ciblé et la manière dont les internautes l’appréhendent, et ainsi augmenter à la fois la gamme des solutions personnalisées pour nos clients et les performances de leurs investissements web », précise Hervé Pépin, directeur associé et digital strategist de Nexize.

    Ce partenariat technologique s’inscrit dans la droite ligne de ce que nous souhaitons faire : rendre concrète et performante notre technologie d’IA sur tous les métiers du digital. C’était un vrai plaisir d’accompagner Hervé et ses équipes dans la réflexion stratégique et la construction de cette nouvelle solution », Philippe Ait-Yahia, fondateur de Synomia.

    Publicité : chronique d’un remplacement annoncé

    Publicité : chronique d’un remplacement annoncé

    Les résultats de la 17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub publiés fin janvier apportent une nouvelle attendue : 2016 aura été l’année où les investissements media web auront dépassé ceux en télé.

    Au-delà de ce non-événement, quelles tendances doit-on y décrypter ?

    2016, année d’un remplacement annoncé

    Une croissance de 7% avec un CA de 3,5 milliards d’euros : l’e-publicité fait un bon conséquent.

    Et pour la première fois donc, le digital est le premier média investi sur l’ensemble de l’année 2016 (29,6 %), devant la télévision (28,1 %)

    Tous les leviers sont en croissance de la pub digitale sont en progression:

    • Le search est en hausse de 4,3 % avec 55 % du marché global et un chiffre d’affaires net de 1,893 milliards d’euros.
    • Le display (bannières et vidéos) est en hausse de 14,5 % : 35 % du marché global avec un chiffre d’affaires net de 1,204 milliards d’euros.
    • Et même les autres leviers un peu “has-been” (affiliation, comparateurs, emailing…) sont en hausse de 3,2 %, se partageant 10 % du marché global avec un chiffre d’affaires net de 447 millions d’euros.

    Le social media en majesté

    Quand on y regarde de plus près, la croissance du display est quas–exclusivement portée par les réseaux sociaux. Ca doit faire plaisir à Facebook, qui truste à lui seul 76% de part de marché sur le social…

    Le mobile rattrape le desktop

    Autre enseignement, les investissements sur mobiles se rapprochent maintenant de ceux du desktop. 41 % des dépenses digitales sont désormais allouées au mobile.

    Un marché en hausse… et mal réparti

    Une fois qu’on a dit ça, c’est sans surprise qu’on constatera que la croissance de la pub digitale profite d’abord aux seuls GAFAs, particulièrement Google et Facebook.

    Le search (Google à 98%) et les réseaux sociaux (Facebook cf. plus haut) représentent ainsi 68 % du marché de la pub et 86 % de la croissance.

    Bienvenue dans une économie colonisée.

    Rien de très nouveau, donc mais un lot de confirmations de tendances déjà à l’oeuvre depuis des années, notamment sur la synergie quasi-consanguine entre social et mobile, qui sont les grands bénéficiaires des progressions constatées.

    La (prochaine ?) bataille à suivre est celle qui oppose Facebook à Google dans la conquête du temps passé online… et des parts de marché publicitaires qui vont si bien avec.

    Et pour finir, la bataille pour désigner qui sera le prochain taulier du web : rien ne va plus, faites vos jeux…

    Pour télécharger les résultats, c’est par ici.

    Pour télécharger l’infographie, c’est par là.

    21 avril 2015 : le jour du Mobilegeddon

    21 avril 2015 : le jour du Mobilegeddon

    On peut légitimement se demander si 2015 ne sera pas sur nos rivages l’année du grand basculement, celle où la majorité du trafic internet en France viendra du mobile.

    Déjà en décembre 2014, selon Médiamétrie, 32% du trafic internet français provenait de seuls smartphones (10% des tablettes et donc “seulement” 58 % des ordinateurs).

    Au rythme des taux d’équipement mobile et de l’évolution des usages, le temps où le web français sera majoritairement mobile se rapproche à grands pas.

    Signe des temps: Google met en oeuvre aujourd’hui une mise à jour majeure de son algorithme de recherche, une mise à jour qui amène un changement majeur sur le classement des résultats sur mobile et qui a déja été baptisée u doux nom de Mobilegeddon.

    Sa vocation est simple : favoriser les sites adaptés au mobile dans les résultats de recherche effectuée sur… mobile. Logique, jusque-là.

    (suite…)

    Bienvenue dans le ZMOT

    Le ZMOT, kesako ?

    Selon Google, c’est le Zero Moment Of Truth, ou encore la manière dont le web social a bouleversé la gestion de l’image des marque et le cycle de décision d’achat.

    Pure théorie ? Pas vraiment, et à coup sûr de moins en moins.

    Et pour creuser la question un peu plus la question , Google met à disposition cette ressource, gavée de contenus sectoriels, en anglais bien sûr : enjoy !

    Newsletter

    Restons connectés : recevez nos news par mail.

    You have Successfully Subscribed!